sam.

04

févr.

2012

02 FEV 2012 : PELERINAGE A KIBEHO DES MEMBRES DES INSTITUTS DE VIE CONSACREE ET DES SOCIETES DE VIE APOSTOLIQUE AU RWANDA

Jeudi 02 février 2012, Journée Mondiale de Vie consacrée, plusieurs centaines de prêtres, religieuses et religieux membres des instituts de vie consacrée et des Sociétés de Vie Apostoliques au Rwanda  ont effectué un pèlerinage à Kibeho organisé par l’Association des Supérieurs Majeurs du Rwanda (ASUMA).

 

Aussitôt arrivés à Kibeho vers 10h00 du matin, ces pèlerins, beaux et multicolores, ont d’abord suivi une conférence du Père Boguslaw du Centre de Formation « CANA » de Kibeho-Nyarushishi sur  la « Place de Marie dans la vie consacrée ».

Le conférencier a d’abord indiqué que Marie, la Mère du Rédempteur, avait une place bien définie dans le plan du salut, dans l’Eglise et dans la vie consacré, parce que, «quand vint la plénitude du temps, Dieu envoya son Fils, né d'une femme, né sujet de la Loi, afin de racheter les sujets de la Loi, afin de nous conférer l’adoption filiale. Et la preuve que vous êtes des fils, c’est que Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils qui crie: Abba, Père!» (Ga 4, 4-6). Ces paroles, a-t-il ajouté, proclament conjointement l’amour du Père, la mission du Fils, le don de l’Esprit, la femme qui a donné naissance au Rédempteur, notre filiation divine, dans le mystère de la «plénitude du temps».

Cette plénitude, a poursuivi le Père Bogulslaw, détermine le moment fixé de toute éternité où le Père envoya son Fils «afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle» (Jn 3, 16). Elle désigne l’heureux moment où «le Verbe qui était avec Dieu, (...) s’est fait chair et a habité parmi nous» (Jn 1, 1. 14), se faisant notre frère. Elle marque le moment où l’Esprit, qui avait déjà répandu en Marie de Nazareth la plénitude de la grâce dans le mystère de son Immaculée conception, forma en son sein virginal la nature humaine du Christ. Elle indique le moment où, par l’entrée de l’éternité dans le temps, le temps lui-même est sauvé et, pénétré par le mystère du Christ, devient définitivement le «temps du salut».

 

Le Père Boguslaw a fait remarquer que la catégorie théologique de la «plénitude du temps» évoquait sans doute une autre catégorie importante, celle de «signes du temps», le premier signe important pour ces pèlerins venus au Sanctuaire de la Mère du Verbe à Kibeho étant l’invitation du Pape Benoit XVI à vivre, durant cette année 2012 d’une manière spéciale, la foi. Comment donc ne pas voir l’importance de la présence de Marie dans la réalisation de ces 3 buts de la Journée mondiale de la vie consacrée, s’est-il interrogé? En Marie la vie consacrée trouve son «incarnation». «En la contemplant dans l’acte de présenter l’Enfant Jésus au Temple – disait Benoit XVI le 2 Février 2010 dans son message adressé aux consacrés - nous la vénérons comme la première et parfaite consacrée. Par ce Dieu qu’elle porte dans ses bras, la Vierge, pauvre et obéissante est toute dévouée à nous, parce qu’elle est toute à Dieu». Marie nous apprend à remercier Dieu pour la vie consacrée qui est notre vie, qui est un don de la grâce extraordinaire de Dieu, a indiqué le conférencier.

 

Le Père Boguslaw a par ailleurs évoqué Marie, Mère et Maitresse spirituelle des personnes consacrées à Dieu. Marie, Mère de Jésus Christ et Mère de l’Eglise, a-t-il dit, est certainement présente dans la vie consacrée et y possède une place bien définie : celle de Mère e de Maîtresse spirituelle.  A son école, et avec son aide maternelle, a-t-il noté,  nous renouvelons aujourd’hui notre «me voici» et notre «fiat». La  maternité divine et virginale de Marie est donc la base de sa maternité spirituelle envers l’Eglise et envers les personnes consacrées, a-t-il indiqué.

 

Après cette conférence très riche et très enrichissante, les pèlerins sont sortis pour aller réciter le chapelet en parcourant le chemin du Rosaire du Sanctuaire Notre Dame de Kibeho vers la source de Marie situé au bas-fond de la colline où ils se sont rafraichis à l’eau de cette source et entonné le Magnificat autour de l’étang avant de remonter au sanctuaire pour la messe.

 

Celle-ci a été présidée par Mgr Smaragde Mbonyintege, Evêque de Kabgayi, Président de la Conférence Episcopale du Rwanda et Président de la Commission Episcopale pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique, et concélébrée par Mgr Augustin Misago, Ordinaire du lieu, ainsi qu’une trentaine de prêtres dont la plupart étaient venus dans le cadre du pèlerinage.

 

La messe, célébrée à l’intérieur de l’église du Sanctuaire Notre Dame de Kibeho, a été inaugurée par une cérémonie de bénédiction de cierges sur l’esplanade du sanctuaire, suivie d’une procession avec les cierges allumées. Les lectures du jour étaient celles de la fête de la « Présentation de Jésus au Temple ».

 

Dans son homélie, Mgr Smaragde a d’abord indiqué que la vie consacrée était la manière éloquente de témoigner le Verbe qui s’est fait chair pour vivre parmi nous et en nous. L’Evêque a ensuite par des sacrifices d’Abel et d’Abraham dans l’Ancien Testament qui préfiguraient Celui du Christ auquel le prophète Siméon fit allusion en relevant le petit Jésus au Temple, lorsqu’il dit à Marie qu’un glaive lui transpercera le cœur à cause de ce qui adviendra à cet Enfant. 

 

Parlant de l’intrusion de la prophétesse Ane à cette cérémonie, une veuve de 84 ans qui, après une brève vie de mariage (7ans), s’était assignée à une vie assidue au Temple sur laquelle l’Evangéliste ne donne pas de détail, Mgr Smaragde a dit que c’est plutôt de cette vie à la face du Seigneur dont les consacrés avaient besoin. Vous, qui vous êtes consacrés à Dieu, vous vous êtes offerts à Dieu en sacrifie. Ce dont vous avez besoin, c’est de connaître véritablement le Christ à la manière de Marie et Joseph et à celle des fondateurs/trices de vos congrégations, leur a-t-il dit. S’adressant enfin aux novices, Mgr Smaragde leur a exprimé le vœu de grandir en taille et en sagesse à la plus grande joie de Dieu et de leurs communautés.

 

Avant la clôture de la messe, Mgr Augustin Misago s’est de son côté adressé à cette assemblée pour la féliciter et lui exprimer la profondeur du geste qu’ils venaient d’accomplir. Votre pèlerinage, leur a-t-il dit, est un témoignage donné au monde quant à l’importance de Kibeho, ce haut lieu des apparitions de Marie, Mère du Verbe, que nous souhaitons devenir aussi un haut lieu de ressourcement spirituel et même de nouvelle évangélisation ?

 

L’Evêque de Gikongoro a saisi cette occasion pour exhorter l’Association des Supérieurs Majeurs (ASUMA) à organiser régulièrement les pèlerins, voire à les intensifier, et a remercié les congrégations qui se sont déjà inscrits au pèlerinage régulier à Kibeho.  A l’époque des apparitions, a-t-il rappelé, la Vierge a dit qu’Elle aimerait nous voir devenir de belles fleurs qu’elle pourrait entretenir dans le jardin de son Fils Jésus.

 

Pour sa part, le Père Romuald Uzabumwana, Supérieur Régional des Pallottins du Rwanda et du Congo, a souligné la nécessité pour les consacrés à prendre une part active dans la promotion du pèlerinage et du message de Marie à Kibeho et ne pas abandonner la tâche aux seuls laïcs.

 

Le pèlerinage s’est conclut par un détour au Centre de Formation « CANA » de Kibeho-Nyarushishi où trône une statue géante de Jésus Miséricordieux pour la récitation du chapelet de la Miséricorde divine à l’heure même de la Miséricorde (15.00).

Sources: DOCICO


24 Kanama 2014: Icyumweru cya 21 mu byumweru bisanzwe

         AMASOMO:
Iz 22, 19-23abr /> Rom 11, 33-36
 Mt 16, 13-20


«Wowe uri Kristu, Umwana w'Imana Nzima. »