jeu.

18

nov.

2010

Les Cardinaux de la Sainte Église Romaine

Les Cardinaux de la Sainte Église Romaine

[Extrait du Code de Droit canonique, 1983]

Can. 349 - Les Cardinaux de la Sainte Église Romaine constituent un Collège particulier auquel il revient de pourvoir à l'élection du Pontife Romain selon le droit particulier; les Cardinaux assistent également le Pontife Romain en agissant collégialement quand ils sont convoqués en corps pour traiter de questions de grande importance, ou individuellement, à savoir par les divers offices qu'ils remplissent en apportant leur concours au Pontife Romain surtout dans le soin quotidien de l'Église tout entière.


Can. 350 - § 1. Le Collège des Cardinaux est réparti en trois ordres : l'ordre épiscopal à qui appartiennent les Cardinaux auxquels le Pontife Romain attribue le titre d'une Église suburbicaire, ainsi que les Patriarches Orientaux qui ont été reçus au sein du Collège des Cardinaux; l'ordre presbytéral et l'ordre diaconal.

§ 2. A chaque cardinal de l'ordre presbytéral et diaconal, le Pontife Romain attribue un titre ou une diaconie à Rome.

§ 3. Les Patriarches Orientaux qui sont reçus au sein du Collège des Cardinaux ont pour titre leur siège patriarcal.

§ 4. Le Cardinal Doyen a pour titre le diocèse d'Ostie conjointement avec l'Église qu'il avait déjà en titre.

§ 5. Par option faite en Consistoire et approuvée par le Pontife Suprême, et en respectant la priorité d'ordre et de promotion, les Cardinaux de l'ordre presbytéral peuvent passer à un autre titre, et les Cardinaux de l'ordre diaconal à une autre diaconie, et si ceux-ci sont restés une décennie entière dans l'ordre diaconal, ils peuvent aussi passer à l'ordre presbytéral.

§ 6. Le Cardinal de l'ordre diaconal qui passe par option à l'ordre presbytéral prend place avant tous les Cardinaux prêtres qui ont été élevés après lui au Cardinalat.


Can. 351 - § 1. Pour la promotion au Cardinalat, le Pontife Romain choisit librement des hommes qui sont constitués au moins dans l'ordre du presbytérat, remarquables par leur doctrine, leurs moeurs, leur piété et leur prudence dans la conduite des affaires; ceux qui ne sont pas encore Évêques doivent recevoir la consécration épiscopale.

§ 2. Les Cardinaux sont créés par décret du Pontife Romain de fait publié devant le Collège des Cardinaux; à partir de cette publication, ils sont tenus aux devoirs et jouissent des droits définis par la loi.

§ 3. Celui qui est promu à la dignité cardinalice et dont le Pontife Romain a annoncé la création mais en réservant le nom in pectore n'est tenu pendant cette période à aucun des devoirs des Cardinaux et il ne jouit d'aucun de leurs droits; cependant, une fois son nom publié par le Pontife Romain, il est tenu à ces mêmes devoirs et jouit de ces mêmes droits; mais il obtient la préséance à partir du jour de la réservation in pectore.


Can. 352 - § 1. Le Doyen préside le Collège des Cardinaux; quand il est empêché, il est remplacé par le Vice-Doyen; le Doyen ou le Vice-Doyen ne possède aucun pouvoir de gouvernement sur les autres Cardinaux, mais il est considéré comme le premier parmi ses pairs.

§ 2. Quand la fonction de Doyen devient vacante, les Cardinaux titulaires d'une Église suburbicaire et eux seuls, sous la présidence du Vice-Doyen, s'il est là, ou du plus ancien d'entre eux, élisent du sein de leur groupe celui qui sera le Doyen du Collège; ils communiquent son nom au Pontife Romain à qui il revient d'approuver l'élu.

§ 3. De la même façon qu'au § 2, sous la présidence du Doyen lui-même, est élu le Vice-Doyen ; il revient également au Pontife Romain d'approuver l'élection du Vice-Doyen.

§ 4. Si le Doyen et le Vice-Doyen n'ont pas de domicile à Rome, ils doivent en acquérir un.


Can. 353 - § 1. Les Cardinaux apportent leur aide au Pasteur Suprême de l'Église par une action collégiale surtout dans les Consistoires où ils sont réunis sur l'ordre et sous la présidence du Pontife Romain; les Consistoires sont ordinaires ou extraordinaires.

§ 2. Au Consistoire ordinaire sont convoqués tous les Cardinaux, du moins ceux qui se trouvent à Rome, afin d'être consultés sur certaines affaires graves, mais qui surviennent assez communément, ou bien afin d'accomplir certains actes particulièrement solennels.

§ 3. Au Consistoire extraordinaire qui est célébré lorsque des nécessités particulières de l'Église ou l'étude d'affaires de grande importance le conseillent, tous les Cardinaux sont convoqués.

§ 4. Seul le Consistoire ordinaire où sont célébrées certaines solennités peut être public, c'est-à-dire quand, en plus des Cardinaux, y sont admis des prélats, les représentants des sociétés civiles ainsi que d'autres invités.


Can. 354 - Les Pères Cardinaux préposés aux dicastères et autres institutions permanentes de la Curie Romaine et de la Cité du Vatican, qui ont soixante-quinze ans accomplis, sont priés de présenter la renonciation à leur office au Pontife Romain qui, tout bien pesé, en décidera.


Can. 355 - § 1. Il revient au Cardinal Doyen d'ordonner Évêque le Pontife Romain élu, si l'élu a besoin d'être ordonné. Si le Doyen est empêché, ce droit revient au Vice-Doyen, et si celui-ci est empêché, au Cardinal le plus ancien de l'ordre épiscopal.

§ 2. Le Cardinal Proto-diacre annonce au peuple le nom du nouveau Pontife Suprême élu; de même, c'est lui qui à la place du Pontife Romain impose le pallium aux Métropolitains ou le remet à leurs procureurs.


Can. 356 - Les Cardinaux sont tenus par l'obligation de coopérer étroitement avec le Pontife Romain; aussi, les Cardinaux qui exercent tout office que ce soit dans la Curie et qui ne sont pas Évêques diocésains sont-ils tenus par l'obligation de résider à Rome; les Cardinaux qui ont la charge d'un diocèse comme Évêques diocésains se rendront à Rome chaque fois qu'ils seront convoqués par le Pontife Romain.


Can. 357 - § 1. Les Cardinaux qui ont reçu en titre une Église suburbicaire ou une Eglise à Rome, après en avoir pris possession; promouvront par leur conseil et leur patronage le bien de ces diocèses et de ces églises, mais sans y posséder aucun pouvoir de gouvernement et sans s'immiscer d'aucune manière dans ce qui regarde l'administration de leurs biens, la discipline ou le service des églises.

§ 2. Les Cardinaux qui se trouvent hors de Rome et hors de leur propre diocèse sont exempts, en ce qui concerne leur propre personne, du pouvoir de gouvernement de l'Évêque du diocèse où ils résident.


Can. 358 - Le Cardinal à qui le Pontife Romain a commis la charge de le représenter dans une célébration solennelle ou dans une assemblée comme légat a latere, c'est-à-dire comme son alter ego, et de même le Cardinal à qui le Pontife Romain a confié une charge pastorale déterminée comme son envoyé spécial, n'ont compétence que pour les affaires que leur a confiées le Pontife Romain.


Can. 359 - Pendant la vacance du Siège Apostolique, le Collège des Cardinaux possède dans l'Église uniquement le pouvoir que lui attribue la loi particulière.


Le Collège Cardinalice

[cf Notes historiques de l’Annuaire Pontifical 2000]


Les Cardinaux, choisis parmi les titulaires des 25 titres ou églises presque paroissiales de Rome, des 7 (puis 14) diaconies régionales et 6 diaconies palatines, et des 7 (au 17º siècle: 6) évêques suburbicaires, furent conseillers et collaborateurs du Pape.

 

Depuis 1150, il forment un Collège cardinalice, avec un doyen (l’évêque d’Ostie) et un Camerlingue qui administre les biens. Depuis 1059, ils sont les seuls électeurs du Pape.


Au 12º siècle, on commença également à nommer Cardinaux des prélats résidents hors de Rome. Ils ont la priorité, depuis le 12º siècle sur les évêques et archevêques; depuis le 15º siècle sur les patriarches (Bulle Non mediocri d’Eugène IV, 1439). Même si ils ne sont que simples prêtres, ils ont droit de vote aux conciles.

Leur nombre, qui d’ordinaire ne dépassait pas 30 du 13º au 15º siècle, fut fixé par Sixte V à 70: 6 cardinaux évêques, 50 cardinaux prêtres, 14 cardinaux diacres (constitution Postquam verus, 3 décembre 1586).

Au consistoire secret du 15 décembre 1958 (A.A.S., 1958, vol. XXV, p.987), Jean XXIII dérogea au nombre de cardinaux établi par Sixte V et confirmé par le Code de droit canon de 1917 (can. 231).

 Jean XXIII également, par le Motu Proprio Cum gravissima du 15 avril 1962, établit que tous les cardinaux reçoivent la dignité épiscopale.

Paul VI, par le Motu Proprio Ad purpuratorum Patrum du 11 février 1965, détermina la place des patriarches orientaux au sein du Collège cardinalice. Le même Souverain Pontife, par le Motu ProprioIngravescentem aetatem, du 21 novembre 1970, fixa à 80 ans l’âge auquel les cardinaux:

a) cessent d’être membres des dicastères de la Curie romaine et de tous les organismes permanents du Saint-Siège et de l’Etat de la Cité du Vatican;

b) perdent le droit l’élire le Pontife Romain et, par conséquent, également le droit d’entrer en conclave.


Lors du consistoire secret du 5 novembre 1973, Paul VI fixa à 120 le nombre maximum de cardinaux ayant faculté d’élire le Pontife Romain (A.A.S., 1973, vol. LXV, p. 163). Jean-Paul II, par la Constitution Apostolique Universi Dominici gregis du 22 février 1996, a confirmé ces dispositions.


Les cardinaux appartiennent aux différentes Congrégations romaines; ils sont considérés Prince du sang, et portent le titre d’Eminence. Sont citoyens de la Cité du Vatican les seuls cardinaux résidents dans la Cité du Vatican ou à Rome (Accords du Latran, art. 21).


Consistoire ordinaire public pour la création de nouveaux Cardinaux.


Le Consistoire pour la création des nouveaux Cardinaux, selon le nouveau rite introduit à l’occasion du Concistoire du 28 juin 1991, se déroulera ainsi:

  • Après le salut liturgique, le Pape lira la formule de création et proclamera solennellement les noms des nouveaux Cardinaux.
  • Le premier d’entre eux s'adressera alors au Saint-Père au nom de ses collègues.
  • Suivront la liturgie de la Parole, l'homélie papale, la profession de Foi et le serment .
  • Chaque nouveau Cardinal s'approchera ensuite du Pape et s'agenouillera devant lui pour recevoir la barrette , puis son titre cardinalice ou sa diaconie :
    - Le Pape place la barrette sur la tête de l'impétrant, en disant notamment: Reçois cette "pourpre en signe de la dignité et de l'office de Cardinal, elle signifie que tu es prêt à l'accomplir avec force, au point de donner ton sang pour l'accroissement de la foi chrétienne, pour la paix et l'harmonie au sein du Peuple de Dieu, pour la liberté et l'extension de la Sainte Église catholique et romaine".
    - Le Pape remet à chaque néo-Cardinal une église de Rome ( titre ou diaconie ) en signe de participation à la mission pastorale du Pape pour cette ville.
    - Le rite prévoit ensuite la remise de la bulle de création des Cardinaux , l'assignation du titre ou de la diaconie et l'échange du Baiser de paix avec les autres élus et tous les autres membres du Collège cardinalice.
  • Le rite se termine par la Prière universelle, le Notre-Père et la bénédiction finale.

Pendant la Chapelle Papale , le Saint-Père présidera la Messe concélébrée avec les nouveaux Cardinaux auxquels il remettra l' anneau cardinalice "signe de dignité, de sollicitude pastorale et d’une plus étroite communion avec le Siège de Pierre".

 


24 Kanama 2014: Icyumweru cya 21 mu byumweru bisanzwe

         AMASOMO:
Iz 22, 19-23abr /> Rom 11, 33-36
 Mt 16, 13-20


«Wowe uri Kristu, Umwana w'Imana Nzima. »