ven.

20

août

2010

Voyage du Pape au Royaume uni

Benoît XVI au Royaume Uni, le programme officiel

Le 19 août 2010 - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Le programme est minuté, et extrêmement intense. Un véritable marathon! J'ai compté, pour les trois jours de la visite, pas moins de 13 discours et homélies! 
On ne peut s'empêcher de penser à la légende de l'ours de Saint Corbinien, et à la dernière phrase de l'autobiographie du Saint-Père: "je suis ta bête de somme".

Le programme
Jeudi 16 septembre 2010 : Edimbourg et Glasgow

Matin : Rome-Edimbourg

- Départ de Rome-Ciampino à 8h10, arrivée à 10h30 à l'aéroport international d'Edimbourg. Visite de courtoisie à S. M. Elisabeth II, puis rencontre avec les autorités au parc du Palais royal de Holyroodhouse.
- 13 h: Déjeuner avec la suite papale à la résidence de l'archevêque d'Edimbourg

Soir: Glasgow-Londres

- 17 h 15: Messe à Bellahouston Park à Glasgow. 
- Départ en avion de l'aéroport international de Glasgow, pour l'aéroport de Londres Heathrow 

Vendredi 17 septembre 2010 : Londres

- Le matin, à partir de 10h: Rencontre avec le monde de l'éducation catholique au collège de la St Mary's University de Twickenham, puis rencontre avec les responsables des autres religions. 
- L'après-midi: visite de courtoisie à l'archevêque de Cantorbéry au Palais de Lambeth Palace, puis rencontre avec les représentants de la société civile, du monde académique, culturel et de l'entreprise, avec le corps diplomatique et les responsables de différentes religions au Westminster Hall. 
- A 18 h 15 , célébration œcuménique à l'abbaye de Westminster.

Samedi 18 septembre 2010 : Westminster

- De 9h à 10h, rencontre avec le Premier ministre, avec le vice-Premier ministre et avec le responsable de l'opposition au palais archiépiscopal.
- A 10 h, messe en la cathédrale du Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ.
- A 17 h , visite à la maison de repos St Peter's Residence, puis à 18 h 15, veillée de prière pour la béatification du cardinal John Henry Newman à Hyde Park.

Dimanche 19 septembre 2010 : Birmingham

- Départ en hélicoptère du Wimbledon Park 
- A 10 h, messe pour la béatification du cardinal John Henry Newman au Cofton Park de Rednal, à Birmingham, avant le déjeuner avec les évêques d'Angleterre, du Pays de Galles et d'Ecosse et avec les membres de la suite papale au réfectoire de la Maison Francis Martin de l'Oscott College de Birmingham.
- En fin d'après-midi, rencontre avec les évêques d'Angleterre, du Pays de Galles et d'Ecosse, dans la chapelle de la Maison Francis Martin House, avant la cérémonie de congé, à l'aéroport international de Birmingham. 
- Le départ en avion est prévu à 18h45, et l'arrivée à l'aéroport romain de Ciampino à 22h30. 

Tollé sur Internet

C'était il y a une quinzaine de jours.
Les medias, qui se moquent pourtant bien du Pape, et dont les lecteurs ne feront probablement pas partie des pèlerins, mais qui cherchent tous les moyens (en vain!) pour saboter le voyage, se répandaient en indignation vertueuse!
Voici un échantillon:

Il faudra payer pour voir Benoît XVI 
Les apparitions du Pape Benoît XVI seront désormais payantes. Du 16 au 19 septembre, le Pape sera en visite en Grande-Bretagne et va facturer ses apparitions publiques entre 12 et 30 euros le droit d'entrée. Il ne s'agit que d'une "simple contribution aux dépenses générales" a expliqué un porte-parole du Vatican. Des prestations seront assurées en contrepartie du paiement des billets. Susan Boyle chantera le 16 septembre à Glasgow et les fidèles qui auront régler (sic!) leur ticket recevront un kit comprenant un CD et un recueil de prières. 

Rappelons que lors du voyage en France, tous les accès étaient libres, mais l'Eglise en France avait très légitimement sollicité la participation financière des pélerins. Une démarche absolument normale, et qui n'avait d'autre raison de susciter la polémique que la mauvaise foi de certains! 
Les mêmes, d'ailleurs, exigent à cor et à cris "aucune subvention publique au voyage du pape", et se plaignent ensuite que les catholiques doivent payer! Il faudrait savoir.

Le Père Lombardi explique en fait que les impératifs de sécurité très tâtillons (on veut bien convenir que dans une société aussi "ouverte" que celle britannique... ils ne sont pas superflus) échappent complètement au Vatican, et même à l'Eglise locale.

Les explications du Père Lombardi

Le Père Lombardi : une occasion pour montrer la beauté de la foi

"Cor ad Cor loquitur","Le cœur parle au cœur": tel est le thème du voyage apostolique de Benoît XVI en Grande-Bretagne, qui rappelle la devise du cardinal Newman . 
(...)
Un voyage particulièrement intense et qui a plusieurs dimensions : pastorale, œcuménique, mais aussi sociale et culturelle. Sur la richesse de cette visite de Benoît XVI au Royaume-Uni , Alexander Gisotti a sollicité les commentaires du directeur de la salle de presse du Vatican , le Père Federico Lombardi.

Réponse - Le programme est très riche, intense et articulé. Certes, on attend avec une grande intensité et beaucoup d'émotion le premier jour, qui voit d'entrée la rencontre du Pape avec Sa Majesté. Je voudrais rappeler aussi que le jour où le Pape est en Ecosse est le jour de la fête de Saint-Ninian, qui est le patron , l'évangélisateur de l'Écosse. C'est donc un grand jour pour les Ecossais . Nous pensons que ce sera une grande fête, un très beau moment. Et puis, je voudrais souligner le discours du Pape au Westminster Hall, la rencontre avec la société, avec le monde de la culture, avec toutes les composantes les plus actives et influentes de la société anglaise. Ce sera certainement un moment examiné avec une grande attention. Le Pape s'adressera, avec un regard très ample, aux problèmes de société du Royaume-Uni dans le monde d'aujourd'hui. Ensuite, il y a la dimension œcuménique, la rencontre avec le primat anglican, l'archevêque de Canterbury : la célébration œcuménique a certainement une grande importance . Nous savons aussi que c'est un moment délicat pour l'anglicanisme , pour les discussions internes . C'est un moment délicat pour les relations avec l'Eglise catholique, parce que les débats internes se reflètent aussi dans les relations entre anglicans et catholiques. Et puis il y a évidemment le point culminant, qui se déroule en deux étapes, si l'on veut : la veillée à Hyde Park à Londres, et la béatification à Birmingham, dédiées à la figure de Newman . Donc, avec cette grande figure , qui est un peu le cœur spirituel de cette visite, le voyage se termine . Nous savons que le Pape a accepté l'invitation pour ce voyage à l'occasion de la béatification de Newman. 

Beaucoup ont vu un lien spécial entre Newman , ce grand pasteur et intellectuel du XIXe siècle et Joseph Ratzinger, Benoît XVI (cf Joseph Ratzinger et John Henry Newman). Avez-vous une réflexion à ce sujet?

R. - Ce lien est certainement fondé, parce que dans la figure du Pape Benoît XVI aussi , nous avons une synthèse profonde entre foi et raison, et je voudrais ajouter aussi, spiritualité. Il y a un lien dans la façon de vivre le témoignage chrétien dans le monde d'aujourd'hui , dans le monde moderne , en donnant toutes les raisons de la foi chrétienne à ceux qui les cherchent , en donnant la raison de notre espérance dans le monde d'aujourd'hui, en manifestant une foi profonde , une spiritualité très attentive, très grande , vivante, et aussi un sens pastoral très ample. La figure de Newman est complète, c'est un personnage fascinant par son ampleur, une ampleur qui n'est pas seulement intellectuelle, mais aussi culturelle et pastorale. Sa capacité à donner une idée de l'exhaustivité de l'univers culturel dans le monde d'aujourd'hui est quelque chose de très grand et de fascinant. C'est certainement une figure privilégiée pour présenter à la société moderne la dignité du témoignage chrétien comme capable d'affronter les problèmes et les grandes questions de l'homme moderne . 

On a beaucoup parlé ces derniers jours, des prétendus « billets » pour assister à certains événements de la visite , comme la veillée dans Hyde Park . Le coordonnateur du voyage, Mgr Summersgill a expliqué qu'il s'agit en fait une contribution non obligatoire pour les fidèles. Pouvez-vous nous en dire un peu plus là-dessus?

R. - Oui , je pense qu'il est juste d'y revenir un peu, même si, en soi, c'est quelque chose d'une importance plutôt marginale par rapport aux thèmes centraux de ce voyage . On a lu et entendu des objections absolument sans fondement. J'ai entendu parler du Vatican qui demandait de payer un billet pour aller à la messe , et donc impliquait également la responsabilité du Vatican dans des choix organisationnels très spécifiques. Ceci est absolument faux. Nous devons rappeler que le Pape va dans un pays parce qu'il est invité, et invité par les plus hautes autorités de l'État - la Reine et le gouvernement - et il a été invité par l'Eglise locale. Par conséquent, les coûts, les engagements de l'organisation sont bien sûr à la charge de ceux qui invitent. Ce n'est pas le Pape qui s'auto-organise un voyage en Angleterre. Donc, première chose: le Vatican n'a rien décidé sur ce sujet. Il s'agit de modalités d'organisation traitées sur place par les Eglises locales, mais en tenant compte des nombreuses contraintes organisationnelles imposées par les autorités civiles. Par exemple, dans ce cas, nous avons la situation inhabituelle que les gens ne peuvent pas se déplacer librement à pied sur les lieux des grands événements, des trois événements publics importants : ils doivent s'y rendre par des moyens de transport organisés, et il faut que toutes les places soient attribuées avec un nombre d'une précision absolue. Ceci n'est pas la façon habituelle dont les gens viennent participer à des événements majeurs au cours des voyages du Pape. Donc, cela doit être pris en compte et cela est dicté par les impératifs de sécurité des autorités civiles. Ainsi, les autorités ecclésiastiques ont elles aussi dû organiser des groupes de fidèles qui pourront aller ensemble avec des moyens de transport organisés, distribuant ainsi un "pass", un passeport spécifique à chaque fidèle qui participe , et celui-ci est livré avec un petit "Kit" de service - y compris pastoral et logistique - et c'est pourquoi il est demandé une «contribution» à chaque groupe organisé qui participe. Comment cette contribution sera ensuite répartie entre les personnes prenant part , cela dépend de la paroisse ou du diocèse qui a organisé ces groupes . Il ne s'agit pas, par conséquent, d'un billet payé par les particuliers pour aller à la messe . Je pense que si on garde cela présent à l'esprit , on comprend mieux la question. Même chose pour ce qui concerne - par exemple - l'accès des médias , des journalistes, il y a des contraintes, des indications qui sont très exigeantes, plus que dans d'autres voyages. Ceci est indépendant du Vatican et ne dépend pas non plus de l'Eglise locale.

En conclusion , quelles sont les attentes pour ce voyage, près de 30 ans depuis la visite historique de Jean-Paul II en Grande-Bretagne ?

R. - La situation est très différente en termes de développement , social et culturel , parce que beaucoup de choses ont changé ces dernières années . Il y a aussi une approche différente de la visite elle-même, qui a un aspect de visite d'Etat avec une invitation officielle de la Reine et du gouvernement, tandis que celle du Pape Jean-Paul II était plus pastorale . Je dirais que ce qu'on attend, qu'on peut désirer , espérer vraiment de cette visite, c'est le fait de faire comprendre, de présenter le service de la foi chrétienne et le service de l'Eglise catholique pour une société très développée , mais aussi très sécularisée, comme le Royaume-Uni . Une réalité dans laquelle beaucoup de gens remettent peut-être en question la valeur du témoignage chrétien et du témoignage catholique dans la société . Par conséquent, faire comprendre que ce témoignage est un don à la société , une richesse qui est offerte dans son service comme source d'inspiration spirituelle, mais aussi de participation à l'éducation , à la santé , à la charité, est une chose très importante . 
Voilà, nous espérons que le voyage du Pape aidera à saisir cette positivité amicale de l'Eglise catholique et de la foi chrétienne dans une société qui à bien des égards n'en est - peut-être - plus consciente . 
Je voudrais également dire que les voyages du Saint-Père cette année - à Malte , au Portugal et Chypre - ont été des voyages très positifs. Nous espérons que ce voyage sera vraiment une manifestation de la beauté , de la positivité du service du Saint-Père dans la société , en particulier dans les moments où nous avons eu aussi des moments de contestation. Le souhait est de pouvoir à nouveau présenter avec efficacité le côté positif , fondamental que l'Église offre à une société d'aujourd'hui , moderne , pluraliste , disons même sécularisée, pour qu'elle n'oublie pas et même soit en mesure d'apprécier de façon nouvelle la contribution positive qu'offre la foi . 

Copyright © Radio Vatican 
 

Sources : Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 19.08.2010

 


24 Kanama 2014: Icyumweru cya 21 mu byumweru bisanzwe

         AMASOMO:
Iz 22, 19-23abr /> Rom 11, 33-36
 Mt 16, 13-20


«Wowe uri Kristu, Umwana w'Imana Nzima. »