jeu.

03

févr.

2011

Section 8 : » Délits relatifs à l’usage des boissons alcoolisées

Section 8 : » Délits relatifs à l’usage des boissons alcoolisées


45. Importance de la vertu de tempérance


L’alcoolisme est un mal réprouvé par la société et à plus forte raison par les fidèles du Christ. Il faut lier le mal de l’alcoolisme aux effets négatifs qu’il provoque pour la santé physique et mentale, les finances, la vie commune, et le ministère, voire même la sécurité publique. Il s’agit donc d’un comportement qui ne convient nullement à l’état clérical (cf. Can. 285 § l).


46. Indices d’une situation de délit


L’alcoolisme garde un impact négatif dans la vie même du clerc délinquant comme dans la vie communautaire. Cela peut se manifester à travers les faits suivants :


1° Comportement honteux et scandaleux d’un ivrogne ;

2 ° Violences physiques et verbales envers le prochain ;

3° Sacrilège du au manque de contrôle dans la célébration de 1’Eucharistie et d’autres sacrements ;

4° Actes incontrôlés et langage déplacé, notamment dans la prédication ;

5° Dissolution des mœurs, notamment dans le domaine de la sexualité ;

6° Oisiveté et négligence dans le ministère ;

7° Sorties fréquentes et rentrées tardives, souvent bruyantes ;

8° Veillées quotidiennes autour d’un verre et fréquentation intempestive des débits de boissons

9° Ruine économique, qui affecte l’avoir personnel du prêtre, la paroisse ou une autre œuvre dont il est chargé.


47. Ce que dit le Code


L’alcoolisme comme tel n’est pas mentionné explicitement dans le Code. Ce sont plutôt certains actes de l’ivrogne qui peuvent être sanctionnés. Les canons suivants peuvent être une base pour cela :


a) Can. 285 §1, sur l’interdiction de ce qui ne convient pas à l’état clérical:


«Les clercs s'abstiendront absolument de tout ce qui ne convient pas à leur état, selon les dispositions du droit particulier».


b) Can 1339, sur la prévention ou la sanction du comportement scandaleux :


§ 1. «À la personne qui se met dans l'occasion proche de commettre un délit ou sur laquelle, après une enquête sérieuse, pèse un grave soupçon d'avoir commis un délit, l'Ordinaire peut faire une monition par lui-même ou par autrui».


§ 2. «À la personne dont le comportement a provoqué un scandale ou une grave perturbation de l'ordre, l'Ordinaire peut même donner une réprimande d'une manière adaptée aux conditions particulières de personne et de fait».


§ 3. «Il faut toujours garder trace certaine de la monition et de la réprimande, au moins dans quelque document qui sera conservé dans les archives secrètes de la curie».


c) Can.1345, sur l’usage imparfait de la raison comme I circonstance atténuante :


«Chaque fois qu'un délinquant ne jouit que d'un usage imparfait de la raison, ou qu'il aura commis un délit par crainte, ou par nécessité, ou dans le feu de la passion, ou en état d'ébriété, ou de tout autre trouble mental similaire, le juge peut même s'abstenir d'infliger une punition quelconque, s'il pense qu'il peut y avoir une meilleure façon de pourvoir à l'amendement du coupable».


d) Avant de sanctionner un prêtre dont le comportement le qualifie d’ivrogne, l’Ordinaire demeurera attentif aux dispositions du Can 1341, déjà cité plus haut au n°8 des présentes Normes.


48. Mesures de droit particulier


§l. L’ivrognerie est à la fois un fait physique, psychique et moral. Elle requiert normalement une cure médicale et psychologique, ainsi qu’un encadrement communautaire idoine. Le clerc victime d’alcoolisme sera donc soumis d’abord à une thérapie appropriée selon les possibilités du diocèse et il bénéficiera d’un accompagnement pastoral adapté. Celui-ci consistera notamment dans un dialogue avec le clerc concerné à la manière d’un père ou d’un ami pour l’amener à changer positivement de comportement.


§2. Si un clerc persiste dans son état alcoolique et que cela fait scandale, l’Ordinaire peut lui infliger une des peines suivantes : révocation d’un office ou d’une charge, obligation ou interdiction de séjour dans un lieu déterminé, interdiction temporaire de célébrer la messe pour le peuple et de prêcher, transfert pénal, pénitence au for externe ou suspense selon la gravité de la situation. 


24 Kanama 2014: Icyumweru cya 21 mu byumweru bisanzwe

         AMASOMO:
Iz 22, 19-23abr /> Rom 11, 33-36
 Mt 16, 13-20


«Wowe uri Kristu, Umwana w'Imana Nzima. »